In a Mirror, Darkly: Some Advice to a Holocaust Denier (en anglais et francais)

by Kevin D. Annett

News item: Ottawa, March 8, 2017 – Canadian Senator Lynn Beyak defends Indian residential schools, claims “they didn’t mean to harm anybody”

 

Inline image 1     Inline image 2

Senator Lynn Beyak

Ottawa

 

Dear Lynn,

It’s been said that life in the Canadian Senate is so droll that all you can hear is the sound of cud-chewing and pork barreling. So I want to thank you for proving all those cynics wrong. I had no idea that your snug little coterie of hack political appointees could produce a thinker of such unusual originality as yourself!

What a breath of fresh air to actually hear a Canadian politician claim that black really is white, and with such absolute conviction! And to think that I had lost hope in the capacity of any of our leaders here in the Great White North to master Machiavellian realpolitick. Well done, I say!

Senator, I grant you an A plus in terms of effort, but if you allow me, I have some counsel for you concerning the best way to propagate your particular Big Lie. In a word, you’re too brash. Subtlety, after all, is always the best way to conceal Group Crime and convince people it never happened: something your Senate colleague Murray “Mister TRC Whitewash” Sinclair knows only too well.

Tone down your hyperbole, first of all. Even the most lily white, Injun-fearing Canuck is going to find it hard to swallow when you claim that your typical child-whacking priest was “only trying to do good” to all them savages. I mean, come on Lynn. Going out on a rhetorical limb like that just allows your self-righteous critics to cut you down with a simple citing of the constant fifty percent death rate among all those brown kids in what you call “residential schools”.

The Big Lie, in short, has to be convincing.

Next point: to the neutral observer, you’re acting like a straight man in somebody else’s pre-arranged script. I mean, just look at how every aboriginal fat cat is jumping all over your words like a child rapist in heat. You’re handing Murray Sinclair, Pat Brazeau and all the other Sultans of Sellout the perfect way to pose as champions of the very people – their fellow Indians – who they’ve been screwing for years. Is that what you really want?

And as for your claim that the Christian internment camps actually saved rather than took the lives of the brown kids: again, there you go way out on a limb again, without any backup. Why not line up the usual gang of ass-kissing, around-the-fort ab-original “survivors” to publicly endorse your claim and affirm how wonderful life was in the camps? God knows, there are enough of them around. And they don’t charge much, either.

Finally, try to toss a few rhetorical crumbs to the beast known as Political Correctness. It’s the best way to disarm your critics. Give us a few lines about healing and reconciliation. Us pale Canucks love to hear those words. They make us feel so good about ourselves, which is after all the whole point of the exercise: especially now that we’re all part of a convicted criminal conspiracy.

Admittedly, none of these errors may be all that important in the long run considering what a splash you’re making in the press and among a whole lot of us pale Canucks. Finally there’s emerged a leader who says what all of them down-home churchgoers have felt but, being Canadians, have never said: that the Injuns have just had it too good and are milking us all dry, and shit, may even end up owning the whole frigging place again!

I hope you’re considering running for Prime Minister. Or maybe that’s what this is all about.

In any event, to really master the art of deception, Lynn, you have to understand the details of what you’re trying to spin. Knowing your enemy is the key to winning any battle, after all. So I urge you to look over some of the hard evidence of life and death in your alleged Fun O Rama called Indian residential schools, held in my twenty-year composition entitled Murder by Decree (www.murderbydecree.com). I wrote it to put a cattle prod up the nether regions of Murray Sinclair, so you should get a kick out of it.

One of the many survivors I quote in my book, Sylvester Green, was on the burial detail of the United Church camp in Edmonton during the 1960′s. He must have stuck over a hundred other kids in the ground over the two years he was incarcerated there, before he escaped.

Sylvester told me once that on Christmas Eve he and the other kids were given clean clothes for a change and then paraded in front of a local all-white congregation to sing Christmas carols for all the happy and appreciative Christian folks. Then Sylvester and the other children would be carted back to the camp and rewarded for their singing by getting to choose from among their number which of them would be raped and worse by Reverend Jim Ludford and his buddies. Normally the children had no choice.

I just thought you’d appreciate Sylvester’s account of how the system wasn’t so bad after all.

Sincerely,

Kevin Annett

Une information en provenance d’Ottawa en date du 8 mars 2017: La sénatrice canadienne Lynn Beyak défend le système des pensionnats pour Indiens et affirme “qu’ils n’ont pas voulu faire de mal à quiconque”…

Ottawa

Chère Lynn,

Il a été dit de la vie au sénat canadien qu’elle est si pathétique que tout ce que vous pouvez y entendre est le bruit du ruminage et des ventres de porc. Je veux donc vous remercier pour donner tort à tous ces cyniques. Je n’avais absolument aucune idée que votre petite côterie d’appointés politiques à la platitude tant reconnue puisse produire une penseuse d’une telle originalité comme vous-même.

Quelle bonne bouffée d’air frais que d’entendre une politicienne canadienne affirmer que noir est en fait blanc et avec une telle conviction ! Et dire que j’avais perdu l’espoir en la capacité d’un quelconque de nos leaders d’ici, du Grand Nord tout blanc, de maîtriser la realpolitik machiavellienne. Je dis: bien vu, excellent !

Sénatrice, je vous donne un A+ pour vos efforts, mais si vous me permettez, j’ai quand même quelques conseils à vous donner en ce qui concerne la meilleure façon de propager votre gros mensonge bien particulier. En un mot, vous êtes trop crâneuse. Subtilement, est toujours après tout, la meileure méthode pour cacher un crime de groupe et de convaincre les gens qu’il ne s’est jamais passé: quelque chose que votre collègue du sénat Murray “Mr je blanchis tout par la CVR” Sinclair ne connaît que trop bien.

Note:  CVR est l’acronyme de la Commission Vérité et Réconciliation, la farce officielle de l’état canadien pour blanchir et minimiser l’affaire du génocide dans les pensionnats pour Indiens entre 1867 et 1996. Si l’état canadien s’est fendu d’”excuses officielles”, personne n’a jamais été condamné pour la disparition et meurtres de plus de 50 000 enfants autochtones dans les murs des camps de la mort qu’étaient les pensionnats pour Indiens, gérés par les églises, au nom du gouvernement canadien. Voir à cet effet notre traduction du contre-rapport à la CVR du Tribunal pour les Disparus du Canada: “Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada” (2016), ce texte est le fruit de plus de 20 ans de recherches, d’enquêtes et de témoignages, compilés par Kevin Annett..

Mettez une sourdine à votre hyperbole dans un premier temps. Même le plus fleur bleue, trouillard des Injuns des Canucks (Canadiens) aura du mal à avaler votre affirmation disant que votre typique curé frappeur d’enfant ne faisait en fait “qu’essayer de son mieux” avec tous ces sauvages. Allons, allons Lynn, aller au charbon avec rien d’autre que cette rhétorique va permettre à tout critique de vous cueillir avec juste une simple citation du ratio de plus de 50% de décès parmi tous ces enfants basanés qui étaient pensionnaires de ce que vous appelez “les pensionnats scolaires”.

Bref, le grand mensonge, çà doit être convaincant.

Point suivant: Pour l’observateur neutre, vous agissez comme le badeau dans le script pré-arrangé de quelqu’un d’autre. Je veux dire, regardez comment tous les gros matous aborigènes sautent après vos paroles, comme des violeurs d’enfants en rut. Vous donnez à des gens comme Murray Sinclair, Pat Brazeau et tous les autres sultans de la trahison ; la parfaite méthode pour poser en champions de leur peuple, leurs frères Indiens, qu’ils ont trahis pendant des années. Est-ce cela que vous voulez vraiment ?

Quant à votre affirmation que les camps d’internement chrétiens ont en fait sauvé plutôt que tué les enfants basanés: une fois de plus, vous êtes hors piste, sans aucune sécurité. Pourquoi ne pas aligner le gang habituel des lècheurs de bottes, de ces “survivants” aborigènes, Indiens des forts, pour qu’ils endorsent publiquement votre affirmation et affirment aux yeux de tous à quel point la vie était belle dans les camps ? Nous savons qu’il y en a un bon paquet alentours, nous savons aussi qu’ils ne demandent pas cher non plus pour “témoigner”…

Enfin, essayez de lancer quelques miettes rhétoriques à cette bête connus sous le vocable du politiquement correct. C’est la meilleure façon de désarmer vos critiques. Donnez-nous quelques lignes au sujet de la cicatrisation et de la réconciliation. Nous, pauvres visages pâles Canucks, aimons entendre ces mots. Ils nous font nous sentir bien au sujet de nous-mêmes, ce qui est après tout, tout le but de l’exercice: spécifiquement depuis que nous sommes tous partie d’une conspiration criminelle condamnée.

Il est vrai que toutes ces erreurs n’auront peut-être pas d’importance sur la distance considérant les remous que vous faites dans la presse et parmi beaucoup d’entre-nous pâles Canucks. Finalement a émergé un leader qui dit ce que tous ces paroissiens ont ressenti, mais qu’étant Canadiens, n’ont jamais dit: que ces Injuns l’ont eu trop belle et qu’ils nous pompent jusqu’à la lie, et que merde, après tout, ils vont peut-être finir par récupérer toute la putain de place de nouveau !

J’espère que vous considérez devenir premier ministre, ou peut-être est-ce là toute l’affaire ?…

Quoi qu’il en soit, pour vraiment maîtriser l’art du mensonge et de la déception Lynn, vous devez comprendre les détails de ce que vous essayez de pirrouetter. Connaître son ennemi est la clef pour gagner quelque bataille que ce soit après tout. Je vous invite donc à regarder quelques dures preuves de vie et de mort dans ce que vous appelez les joyeuses colonies de vancances que furent les pensionnats pour Indiens, preuves contenues dans ma composition de plus de 20 ans de recherche intitulée “Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada” (2016). Je l’ai écrit pour mettre une électrode dans le fion de Murray Sinclair, vous devriez donc vous réjouir à sa lecture.

Un de bien des survivants de ces pensionnats que je cite dans mon livre, Sylvester Green, était sur le détail des enterrements du camp de l’Église Unifiée du Canada à Edmonton dans les années 1960. Il a dû mettre en terre plus de 100 autres enfants durant les deux ans où il y fut incarcéré, avant qu’il ne s’en échappe.

Sylvester m’a dit qu’une fois à un réveillon de Noël. Lui et d’autres enfants reçurent des vêtements propres et furent paradés devant une congrégation de notables blancs afin de chanter des chants de Noël pour toute cette foule chrétienne joyeuse et réceptive. Puis, Sylvester et les autres enfants furent ramenés dans leur camp et reçurent en récompense de leurs beaux chants, de choisir parmi eux lesquels seraient violés et pire par le révérend Jim Ludford et ses acolytes. Normalement les enfants n’avaient pas le choix.

J’ai juste pensé que vous apprécieriez le témoignage de Sylvester sur le comment le système n’était pas si mauvais après tout.

Sincèrement vôtre,

Kevin Annett

–